À la rencontre de Karine, une professeure des écoles de Saint-André-le-Gaz

Karine est une professeure des écoles, passionnée de randonnée, course à pied et paddle

Au moins 6 heures de marche intense par semaine. Voilà la devise de Karine, une sportive iséroise de 49 ans. L’équipe de l’AuRA des Sportives l’a rencontrée.

Le sport me permet d’évacuer toutes les ondes négatives que provoquent les tracas du quotidien

Karine est une professeure des écoles de 49 ans à Saint-André-le-Gaz, une petite commune en Isère. Lorsqu’elle n’est pas en cours avec ses élèves, elle aime prendre du temps pour lire, regarder des films et aller au restaurant. Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est marcher dans la nature. Le contact avec la nature la rassure et l’apaise. Elle randonne au moins 6 heures par semaine. « Je me suis rendue compte que je ne connaissais pas suffisamment ma propre région. En marchant j’apprends à la découvrir. Et c’est à chaque fois fantastique !  » explique-t-elle. La marcheuse retrouve son groupe d’amies chaque dimanche pour une randonnée de deux heures.

En plus de la marche, Karine est une coureuse assidue. Chaque lundi, elle fait un footing avec ses collègues pendant la pause déjeuner. Un bon moyen de discuter et d’extérioriser tous les tracas du quotidien. Puis, quand arrive le printemps et les premiers rayons de soleil, elle prend son paddle sous l’épaule. Elle va se ressourcer sur le lac de Paladru ou d’Aiguebelette. La sportive a même des objectifs pour sa pratique du paddle. Elle aimerait essayer le yoga paddle avec ses amis. À voir si elle en trouve dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Tous les sportifs sont dans la même démarche. Se faire du mal pour se faire du bien.

A côté de son métier de professeure des écoles, Karine est une maman de 3 enfants. Mais ce n’est pas un frein pour se consacrer du temps pour elle. « J’ai appris que pour être disponible pour les autres, il fallait aussi se prendre des moments pour soi, rien que pour soi. Des moments à soi pour en donner des jolis aux autres… » confie-t-elle.

Par ailleurs, tous ces instants sportifs participent à son bien-être et la challengent. Pour elle, le sport est un bon moyen de voir ses progrès et d’atteindre une certaine auto-satisfaction. Même si elle a parfois mal après l’effort, elle n’en oublie pas tout le bénéfice qu’elle en tire. « Ça fait du bien au moral. Cela participe à la notion de « s’aimer » et d’être fière de soi dans un projet sportif » explique-t-elle.

Pour finir, Karine a un message pour les personnes qui veulent se lancer dans la randonnée : « Je conseillerai de commencer en faisant de petits parcours au départ et d’augmenter à chaque fois, en termes de temps, de distance et de rythme aussi. Je pense qu’il faut essayer de ne pas marcher, courir ou faire du paddle tout le temps seul. Par exemple, marcher en groupe est très satisfaisant et me fait progresser ».

Dans le même style