Vers plus de protection sociale pour les handballeuses professionnelles

Une handballeuse du Bourg-de-Péage en plein match

Une nouvelle comme on les aime. Ce lundi 15 mars, les handballeuses professionnelles ont appris la signature d’une convention collective. Un accord sectoriel qui vise à reconnaître davantage les sportives et à mieux les protéger. C’est une grande avancée pour le sport féminin car il s’agit de la première convention collective pour le sport féminin collectif.

Photo des handballeuses du Bourg-de-Péage Drôme Handball
© Photos du Bourg-de-Péage Drôme Handball // Alexis Calmel

La maternité des handballeuses professionnelles enfin couvertes

Lundi 15 mars. Une date historique pour le sport féminin et pour toutes les handballeuses professionnelles. En effet, la convention collective prénommée Dihane a été signée. Une convention qui était attendue depuis plusieurs mois par les joueuses. Cet accord est une véritable protection sociale. Par exemple, en cas de grossesse ou de blessure, les clubs doivent maintenir le salaire de la handballeuse pendant 12 mois. Cette convention vient remplacer la Convention collective nationale du sport qui stipulait que les clubs devaient verser le salaire à la joueuse pendant 90 jours maximum. Passer de 90 jours à 12 mois ? Une véritable avancée révélatrice de la meilleure reconnaissance de la pratique féminine du sport.

De plus, Dihane ajoute une septième semaine de congés aux joueuses. Une mesure jugée plus égalitaire entre les handballeurs et handballeuses. Cette convention collective s’applique pour les 14 clubs de Ligue Butagaz Energie dont le club du Bourg-de-Péage Drôme Handball. Elle entrera en vigueur dès le 1er juillet prochain. La ministre chargée déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, n’a pas attendu pour souligner sa satisfaction. Désormais il ne reste plus qu’à attendre que d’autres sports collectifs féminins signent leur convention collective pour davantage de protection sociale des joueuses.

Dans le même style